Les peupleraies, grandes alliées dans la lutte contre le changement climatique

Lire l'article mis en valeur forward

Le Sommet pour le Climat s'est déroulé à Madrid au mois de décembre, avec pour objectif de relever l'un des principaux défis qui s'impose à l'Humanité à l'heure actuelle : la lutte contre le changement climatique. Or, les plantations de peupliers sont l'une des grandes alliées naturelles, comme l'ont reconnu l'Office Espagnol du Changement Climatique (OECC), et le Ministère de la Transition Écologique qui, dans le cadre du Plan National Intégré de l'Énergie et du Climat 2021-2030, propose la culture de cette essence en remplacement d'autres cultures en zones inondables. Selon l'Organisation Météorologique Mondiale (WMO), la concentration des gaz à effet de serre qui emprisonnent la chaleur dans l'atmosphère a atteint des pics historiques. Et aucun indice d'inversion d'une telle tendance, cause d'un changement climatique à long terme, n'est décelable. Selon l'OMM, le taux de dioxyde de carbone (CO2) est passé de 401 parties par million en 2015 à 405,5 en 2017. Les scientifiques n'ont aucun doute à ce sujet : faute d'une réduction rapide des émissions de CO2 et d'autres gaz à effet de serre, le changement climatique aura des effets de plus en plus destructeurs et irréversibles sur la vie terrestre. Face à un tel scénario, les habitants de la planète sont tenus de mobiliser tous les moyens à leur portée pour remédier à cette situation. Et l'habitat naturel nous suggère l'une des solutions. Les plantations forestières capturent le CO2, le transforment et le retiennent dans leurs tissus sous forme de carbone. Le potentiel de ces plantations dans la lutte contre le changement climatique est immense. Cet article, publié récemment par la revue Science, calcule que le reboisement est susceptible de capturer quelque 200 gigatones de carbone, soit rien moins que 25 % du CO2 actuellement présent dans l'atmosphère et 2/3 des émissions anthropiques. Il est clair, comme le pointent de nombreux scientifiques, que cela ne saurait être la seule solution et l'effet attendu ne serait pas immédiat, car ce type d'initiative doit s'accompagner d'une baisse des émissions à court et moyen termes. Cependant, le rôle déterminant que peuvent jouer les plantations forestières dans la lutte contre le changement climatique est amplement démontré. Au sein de ces plantations, les peupleraies présentent un immense potentiel dans la lutte contre le changement climatique en Espagne, grâce à une croissance rapide et à l'emploi du bois pour la fabrication de matériaux à haute valeur ajoutée et à long cycle de vie, comme les panneaux contreplaqués. Le peuplier se distingue parmi les principales essences forestières présentes en Espagne, et plus particulièrement en Castilla y León, grâce à son potentiel d'absorption du CO2, si l'on en croit les données émanant du Ministère de la Transition Écologique. En effet, la région Castilla y León possède les 2/3 de la surface totale des peupleraies d'Espagne. Et l'on sait qu'un peuplier absorbe 20 fois plus de CO2 qu'un pin sylvestre (Pinus sylvestris) ou qu'un chêne vert (Quercus ilex), qui sont respectivement le conifère et le feuillu les plus abondants de la région. Le principal produit issu du bois de peuplier en Espagne est le panneau contreplaqué. Or, les calculs montrent que le bois employé pour produire un mètre cube de panneaux contreplaqués en peuplier (Efficiency Poplar) aurait capturé 793 kg de CO2, comme on peut le constater sur ce graphique établi à partir des données de Föra, cabinet conseil de l'Université de Valladolid spécialisé dans le secteur forestier. Comme point de comparaison, et pour se faire une idée, cela équivaut à capturer les émissions d'environ 3 000 km de trajet en voiture.
< Catégories
Cela peut vous intéresser